Bienvenue sur le site web du SIM2G

.

Problématique

Les fonctions de base du SIM étaient orientées d’une part vers la collecte de données sur les marchées par des agents fonctionnaires, contractuels ou bénévoles, mais également de procéder à la diffusion de ces informations au profit des bénéficiaires.

Dès la création de SIM dans les années 80, la méthodologie classique de collecte à partir de supports papiers étaient privilégiées, et dans certain cas la lecture de données collectées sur le terrain par des enquêteurs via téléphone à destination du niveau centrale.

Ces approches avaient d’énormes insuffisances parmi lesquels :
1-    La fiabilité des informations
2-    Le retard dans la consolidation et l’acheminement des informations
3-    Le traitement d’un volume important de papier
4-   Les coûts de transmission des données à la cellule centrale via les compagnie de transport (ou les appels téléphoniques)

Dans les années 90, les sociétés de téléphonie ont connu un développement rapide, car en plus des appels téléphoniques, elles ont introduits le concept de SMS comme service au bénéfice de ses clients.

Cette avancée technologique été une belle opportunité pour les SIM qui avaient déjà la possibilité d’acheminer en temps réels les données et à moindre coût. Les SIM ont donc évolués vers les SIM2G parallèlement aux sociétés des téléphones mobiles qui dans les années 90 étaient dans la deuxième génération.

Cette nouvelle approche a également permis de couvrir plusieurs autres marchés et zone de productions jusqu’alors inaccessible.

La variété des financements est une préoccupation constante pour les SIM. Deux problématiques se sont posés à savoir
1- Réduire les coûts de collectes, acheminement et diffusion des informations
2- Générer des ressources pour pérenniser les systèmes de collecte et de diffusion.
3- La prise en compte des populations non alphabétisées dans le processus

Les sociétés de téléphonies, devenant la seule alternative fiable pour atteindre ces objectifs.

Plusieurs études commandites par divers institutions dont le CTA, le CIRAD afin de lancer le projet du SIM2G mais la rareté des moyens, le coût encore élevés des services des téléphones mobiles et l’accessibilité des la technologie 2G n’a pas facilité la mise en place du dispositif.

Seul quelque SIM nationaux (OMA au Mali) est privé (AFRIQUE …) ont mis en place un dispositif de collecte sans pour autant résoudre deux problèmes majeurs

C’est dans ce cadre que le CILSS sous le financement de la BAD a lancé le P2RS au bénéfice de 7 pays en Afrique de l’ouest.

X